Logement étudiant : le « plan 40 000 » avance lentement

Le ministère de l’Éducation a annoncé que les 40 000 logements qu’avait promis François Hollande seront terminés avant 2017 et non avant la fin de son mandat.

Ces logements furent l’une des promesses phares pendant la campagne présidentielle de François Hollande. Le 5 mars 2012, alors qu’il est candidat socialiste François Hollande avait présenté ses propositions afin d’améliorer la condition des étudiants. Et dans la liste ces propositions, il y avait la promesse de construire 40 000 logements étudiants sur cinq ans. Et quatre ans et huit mois après son entrée à l’Élysée, 26 840 nouveaux logements seront livrés, d’après le bilan le obtenu par Le Monde auprès du ministère de l’éducation nationale. C’est 63 % du premier objectif alors que le mandat présidentiel prend fin dans quelques mois.

« Traditionalismes locaux »

« Il reste encore un long chemin à faire » admettait la ministre de l’Éducation Najat Vallaud-Belkacem, au cours de la conférence de rentrée universitaire en septembre.

Cependant, en juin 2015, le gouvernement avait indiqué respecter son objectif, au point de le porter à « 42 445 logements avant la fin du mandat ».

Les ministres de l’Éducation et du logement, étaient très heureuses de l’évolution satisfaisante du plan « plan 40 000 » car le projet était finalisé à 25 % alors que nous étions au milieu du quinquennat.

D’un côté il n’est pas facile de collecter les résultats des bailleurs sociaux du plan 40 000 et de l’autre, les résultats des centres régionaux des œuvres universitaires et scolaires (Crous), n’ont pas atteint leurs objectifs : il était prévu début 2015 de réaliser 4 642 logements dans l’année et environ 5 000 logements supplémentaire en 2016. On note également que près de 1 000 logements de moins ont été achevés en 2015 et la prévision pour décembre 2016 a été ramenée à 1 800 logements. « Plusieurs projets ont été annulés », admet-on au ministère.

Si les objectifs ne sont pas atteint, c’est parce que certains élus ne sont pas très engagés dans la création du logement pour une population souvent ruinée, de passage et qui ira voter certainement d’autres candidats.

Quelques conseils pour trouver un logement

Dans le Nord-Pas-de-Calais il y a moyennement 170 000 étudiants et deux tiers d’entre eux recherchent un logement. Si vous faites partie de ces étudiants qui recherchent un logement ou qui veulent trouver un logement abordable ce serait bien d’apprendre surtout que la rentrée arrive à grand pas.

Tentez toutes les possibilités

Pour trouver un logement, il existe plusieurs astuces moins coûteuses comme la colocation, très pratique, ancienne et qui rencontre toujours un franc succès. Prenons le cas d’Océane qui accède à sa troisième année de sciences politiques à Lille. Elle qui a logé dans une résidence étudiante et en studio, elle a choisi la colocation car elle trouve cette solution plus conviviale et c’est une opportunité pour elle de résider dans une grande maison sans trop dépenser ».

Vous pouvez aussi opter pour un système d’échange grâce aux sites spécialisés comme roomlala.com, studyenjoy.com dont la mission est de faciliter la mise en relation entre les étudiants qui veulent trouver des logements gratuits.

En fait, le système repose sur le fait est que vous pourrez faire louer votre chambre quand vous partez de la maison familiale en échange d’une chambre laissée par un autre étudiant.

Un autre système intéressant est le logement intergénérationnel. Ce système repose sur le fait est que les personnes âgées qui mettent à disposition des étudiants une chambre en échange d’une location de 200 € à payer par mois grâce à l’association Générations et Cultures et son système « Un toit à partager ».

Certains optent aussi pour le logement d’étudiants à la ferme proposé par l’association Campus vert qui met en relation des étudiants qui recherchent un endroit où loger et des agriculteurs vivant à quelques pas des campus. Ces systèmes permettent aux étudiants de bénéficier de loyers dont le prix coûte 20 à 30 % que le prix normal. Les jeunes qui ont déjà un permis de conduire pourront facilement rallier ces localités, car elles souvent difficiles d’accès. A défaut d’avoir un permis de conduire, vous pourrez utiliser le service de covoiturage que propose Campus vert. D’ailleurs, on retrouver ce système dans 10 agglomérations du Nord- Pas-de-Calais.

Plusieurs associations prêtes à aider

Dans ce cadre, vous avez le CROUS, qui dispose de 44 logements universitaires dans le Nord – Pas-de-Calais, et possède un site Internet appelé lokaviz.fr, qui liste ces offres concernant les cités universitaires, et celles adressées aux particuliers. Mais vous avez aussi les aides car suivant le logement, ou votre situation sociale et celle des revenus vous avez la CAF (Caisse d’allocations familiales) qui vous donne accès à trois types d’aides comme L’APL (Aide personnalisée au logement) dédiés aux logements conventionnés. Évaluée suivant les revenus de l’étudiant, ou de ses parents. L’ALS (Allocation logement social) est dédiée aux étudiants sans personne à charge, et dont le logement n’est pas conventionné.

L’ALF (Allocation logement familiale), réservée aux étudiants qui ont des personne(s) à charge.

Comment trouver un logement en cette rentrée ?

La rentrée universitaire pointe à l’horizon c’est à la chasse au meilleur logement et au meilleur prix. Car se loger n’est pas une chose simple pour les étudiants.

Voici un panorama d’idées pour savoir comment trouver un logement sans tracasseries.

Le budget

Si vous recherchez un logement social, vous devez solliciter l’office HLM qui proposent souvent des appartements dédiés aux étudiants uniquement. Le seul hic c’est que les places sont très limitées sans oublier les critères d’attributions qui sont dures. Raison pour laquelle, il est conseillé de s’y prendre à temps pour espérer obtenir une maison à loyer modéré.

Il est aussi possible de loger dans une résidence universitaire. Mais avant, il faut remplir un dossier social étudiant « DES » dans une période située entre le 15 janvier et le 31 mai 2016. Et si vous ne le savez pas alors vous l’avez raté et donc attendez l’année prochaine. Mais rien n’est perdu pour l’instant, car vous pourrez entrer en contact avec le Crous car il y a souvent des abandons.

La vie résidentielle

Vous avez aussi l’autre option qui consiste à loger dans les résidences étudiantes. Celles offre un confort meilleur que celui des cités U, il est possible de bénéficier d’un studio, mais également d’un deux pièces ou encore trois et meublé en plus !

Et en y logeant, l’étudiant peut bénéficier des services tels que la location de linge de maison, une connexion internet Wifi, une laverie et autres…. Vous avez en plus, des salles communes.

L’unique bémol c’est le prix, car il faut dépenser moyennement 400 euros pour un studio sans frais de dossier.

Location classique

Il s’agit là de l’une des solutions les plus connues en passant par les petites annonces, les agences immobilières ou encore le bouche à oreille. Sauf qu’il faut débourser énormément pour avoir un logement à cause des frais d’agence qu’il faut payer, mais également les frais de dépôts garantis. Mais pour ne pas que ça vous revienne cher, optez pour une colocation en contactant les associations qui offrent des prix intéressants en échange de services comme l’aide aux personnes âgées et autres services.

Faire preuve d’intelligence

Si vous cherchez une aide, vous pouvez jouir de certaines subventions telles que l’aide personnalisée au logement (APL), l’allocation de logement social (ALS). Vous avez aussi des systèmes d’aides précis comme le Loca-Pass pour faire un dépôt de garantie avec une caution d’un mois de loyer à verser.

Logement étudiant : les prix des loyers en hausse en Île-de-France

D’après une étude menée par le site de location étudiant.fr la ville universitaire la plus chère est celle de l’Île de France. En fait, le site a mené une étude afin de faire une comparaison des prix des loyers studios et les deux pièces dans les 42 plus grandes villes universitaires françaises. Et parmi celles-ci, la plus chère est celle de l’Île-de-France.

Alors que la rentrée scolaire et universitaire n’est plus loin, les étudiants doivent penser aux modalités concernant leur année universitaire.

Ce qui inquiète premièrement les étudiants quand ils quittent le domicile familial c’est trouver un logement. Et il faut bien, car l’enjeu est considérable car la réalité n’est pas la même dans les différentes villes.

Le baromètre du site de Location-etudiant.fr, indique que le prix d’un studio deux pièces à Agen coûte 408 euros, à Rouen, le loyer d’un studio coûtera 400 euros. Et si un étudiant a obtenu un logement à Boulogne-Billancourt il devra débourser 810 euros soit le double des villes précédemment citées !

Des prix onéreux en région parisienne

Mais les plus prix les plus élevés sont à noter en région parisiennes où la location d’un studio coûte 602 à Clamart, 810 euros à Boulogne. Pour prétendre s’installer à Montrouge, un étudiant devra dépenser 868 euros et 1246 euros à Courbevoie.

Mais parmi les 15 villes d’Île de France étudiées, c’est à Clamart où les prix des loyers ont baissé pour un T1 soit une diminution de 11,13% comparé à 2015 où un loyer coûtait plus de 602 euros. C’est également le cas de la ville de Montrouge où la location d’un deux pièces a baissé de 22,7%. Par contre, à Boulogne-Billancourt un studio a connu une hausse de plus de 11,11% par rapport à l’année passée et de plus de 6% pour un deux pièces à Courbevoie 6%.

Un T2 coûte 1301 euros à Paris

En général, les prix des studios ne varient pratiquement pas en région parisienne.

Cependant, vu que les prix des loyers dans la capitale plusieurs étudiants préfèrent louer des studios dans les banlieues où les prix sont plus acceptables, ce qui justifie cette stabilité de prix de loyers » explique Brice Boulet, président de Location-etudiant.fr. au niveau des logements les prix des studios parisiens rien n’a changé avec 731 euros comme prix cette année alors que l’année passée il était de 734. Par contre, le prix d’un T2 augmente de 5,84% et s’établit à 1301 euros, alors que l’année passée il était fixé à 1225 euros.

Logement : bientôt l’encadrement des loyers sera élargi à toute la France

La principale mesure de la loi Alur sur le logement sera bientôt appliquée à toute la France. Mise en œuvre à paris depuis l’été passé, elle a porté des fruits. Mais elle semble aussi avoir porté des fruits dans d’autres villes. Son application dans la capitale française a commencé en août 2015. L’encadrement des loyers une mesure qui fait partie de la loi Alur pourrait bien être appliquée dans toute la France. C’est du moins une annonce faite ce mercredi par la ministre du logement Emmanuelle Cosse.

Bientôt appliquée à Lille fin 2016

Cette mesure consiste à réduire les abus. Les propriétaires ont l’obligation de fixer un prix par mois suivant un loyer de référence établi dans chaque quartier, par la préfecture.

Il est toutefois possible d’augmenter ces tarifs suivant certaines conditions uniques. La mesure sera appliquée aussi dans des villes comme Grenoble et dans les grandes villes de la région de Paris. Mais ce qui est sûr, c’est qu’en fin 2016, la seconde ville française où l’encadrement des loyers sera appliqué est Lille. D’après une étude de l’association CLCV, 42% des loyers ne seraient pas encadrés.

A quoi sert un état des lieux ?

Acheter n’est pas encore d’actualité mais vous souhaitez louer votre logement ? Vous venez d’acheter un bien immobilier en vue de le louer ?
Que ce soit du côté du locataire ou de celui du propriétaire, l’état des lieux d’entrée et de sortiesont des moments incontournables lorsqu’une maison ou un appartement est à louer.

Ces documents rendus obligatoires limitent les risques de litiges.
Une visite attentive de l’appartement ou de la maison et la restitution méticuleuse des observations faites sur place sont donc indispensables.

Buts de l’état des lieux d’entrée pour le locataire

Même si les photos sur les sites internet de location de maison (http://www.immobilier-france.fr/louer-maison) ont l’air particulièrement attractive, la réalité peut être bien différente.
Lorsque vous souhaitez louer un logement, il est dans votre intérêt de faire effectuer un état des lieux d’entrée par le propriétaire. En effet, cet état des lieux permet de noter dans quel état est le logement lorsque vous y entrez.
Généralement, si l’état des lieux n’est pas effectué à l’entrée du locataire, la maison ou l’appartement est prétendu être en bon état.

Si vous voulez vous prémunir d’éventuels problèmes à votre départ, demandez au bailleur d’effectuer un véritable état des lieux. Vérifiez le et ne signez que si il vous semble juste.

Si le propriétaire refuse de faire cet état des lieux d’entrée, il ne pourra pas vous reprocher d’éventuelles dégradations, par exemple.

Enfin, l’état des lieux d’entrée peut offrir au locataire l’occasion de demander des travaux de rénovation au propriétaire.

Buts de l’état des lieux d’entrée pour le bailleur

Du côté du propriétaire, l’état des lieux d’entrée permet de se dédouaner auprès de la loi.
Le logement loué se doit d’être en bon état d’usage et de réparations. L’état des lieux d’entrée garantit au locataire que le logement qu’il va occuper répond aux normes d’habitabilité et de confort prévues par un décret.

Si le locataire réclame par la suite des travaux de remise à neuf, le propriétaire pourra s’appuyer sur le document établi lors de l’état des lieux d’entrée pour prouver que le logement était en bon état et donc qu’il ne nécessite pas de telles rénovations.

Buts de l’état des lieux de sortie pour le locataire

L’état des lieux de sortie est très important pour le locataire. En effet, il lui donne la possibilité de prouver qu’il restitue le logement au propriétaire dans le même état qu’il l’a reçu.
Il est donc impossible pour le propriétaire de garder la caution sous prétexte de devoir effectuer des travaux dans le logement.

Buts de l’état des lieux de sortie pour le bailleur

L’intérêt de l’état des lieux d’entrée prend tout son sens. En effet, afin de comparer l’état du logement avant la location et après la location du bien, il est nécessaire d’effectuer ces deux états des lieux.

Le propriétaire peut souligner les possibles dégradations anormales de son bien et imposer des réparations à son locataire.
Sans état des lieux de sortie, le bailleur ne peut pas retenir la totalité ou une partie de la caution si besoin même si il s’apercevrait des dégradations.

A noter que les travaux de rénovation nécessaires suite à l’usure normale du temps restent imputables au propriétaire.

Studapart : une plateforme pour garder votre logement étudiant en cas d’absence

Pour trouver un logement étudiant, c’est comme chercher, une aiguille dans un sac de foin. Seulement avec le site Studapart les choses pourraient devenir plus simples.

Tous les étudiants le savent, trouver un logement étudiant n’est pas une chose plaisante, car les difficultés sont nombreuses. Il est impossible à tout le monde de faire de son bus scolaire une caravane. Bien que ce soit une solution capable de régler plusieurs de transport le matin. Les étudiants n’ont pas assez de revenus, sont incapables de trouver des logements disponibles et peuvent voyager avec le programme Erasmus. Sauf que perdre le logement obtenu avec beaucoup de difficulté, est une chose qui peut conduire vers une autre galère !

Consultez Studapart

C’est à ce moment que la plateforme Studapart entre en jeu pour vous aider. Il s’agit d’une start-up créé en 2014 par Alexandre Ducoeur, Timothée Malard et Amaury Roland. « Dans chaque école, les étudiants qui s’en vont en vacance ont les logements recherchés par les nouveaux étudiants qui arrivent. L’utilité de cette plateforme est donc de faire de la mise en relation » lançait Amaury Roland à Frenchweb. Il est possible d’y trouver un logement seul ou en collocation. Inutile de renseigner le profil, de déposer directement un dossier, ou de surveiller les bons plans logement des autres élèves.

Disponible aussi à l’étranger

Par contre, ce qu’il faut retenir, c’est la possibilité d’échanger des appartements. Quand vous partez pour quelques mois pour un stage ou carrément un semestre en Erasmus, pas besoin de vous retrouver à la rue à votre retour… ou de perdre de l’argent ou encore payer un loyer pour un logement que vous n’occupez pas. Alors la plateforme collabore avec 38 établissements scolaires du supérieur. Parmi ces écoles il ya des écoles comme Epitech ou Sup’ de Com, mais également des facs comme l’université de Cergy Pontoise. Alors, allez vérifier si votre établissement en fait partie. De plus, la plateforme s’est développée à l’extérieur, permettant aux étudiants de trouver un logement à l’étranger lors du deuxième semestre.

Une réunion sur le logement étudiant dans la Capitale

Est Métropole Habitat a procédé à l’inauguration de la résidence étudiante « Le Ksar » à Vaulx-en-Velin, et en a profité de lancer sa marque « Loc&Coloc » et organisé un tour de table.

Il ya quelques semaines Est Métropole Habitat avait organisé une rencontre intéractive, à Vaulx-Velin sur le campus de l’Ecole Nationale d’architecture de Lyon, avec comme enjeu du logement social étudiant sur la Métropole. A ce tour de table, il ya Jean-Paul Bret, maire de Villeurbanne, et président d’Est Métropole Habitat, Hélène Geoffroy, députée-maire de Vaulx-en-Velin, Michel Le Faou, vice-président de la Métropole de Lyon chargée de l’urbanisme et du logement mais également Cédric Van Styvendael, directeur général d’Est Métropole Habitat.

Ouverture du Ksar

Quelques minutes précédant le début de cette table ronde, les participants à celle-ci avaient effectué et inauguré la résidence « Le Ksar », une résidence comportant 114 logements partagés sur 3 bâtiments, parmi lesquels, 91 T1, 6 T1 bis, 14 T2, 1 T4, 1 T5 et 1 T6. Le foncier ayant été rendu bâtissable, le GIE Est Habitat, qui réunit surtout EMH et Rhône-Saône Habitat, avait de ce fait pu bâtir ces trois bâtiments dans la continuation de la rénovation urbaine et de la résidentialisation du quartier Vernay-Verchères, à Vaulx-en-Velin. L’opération coute 10,57 millions d’euros, avec la participation de l’Etat, la Région, et le Grand Lyon ayant au financement sous forme de subventions, des prêts de la Caisse des Dépôts assurant une part importante du financement de la résidence étudiante.

Dans la liste des logements, il ya trois qui feront partie de la colocation solidaire en collaboration avec l’AFEV (Association de la fondation étudiante pour la ville). L’opération, qui déploie 4405 m², dispose de 3592 m² consacrés à la résidence étudiante et de jeunes travailleurs, le reste de la surface étant consacré, au rez-de-chaussée, aux bureaux du territoire Grand Est d’EMH.