Vie étudiante

Le coût des rentrées scolaires et universitaires plus élevé que l’inflation

En 2016, l’inflation générale est très basse avec 0,2% sur une année indique l’Insee. L’ARS, (l’allocation de rentrée scolaire) n’a pas augmenté. Celle-ci qui avait augmenté de 25 % en 2012, est octroyée aux familles à revenus faibles. Elle a d’ailleurs été versée aux familles depuis le jeudi 18 août.

Toutefois, l’étude réalisée par la Confédération syndicale des familles (CSF) parle d’une rentrée qui sera plus coûteuse, par rapport à l’année 2015. En fait, les foyers devront dépenser plus car le coût de la rentrée a augmenté de 1,99 %.

La différence entre les deux études est expliquée par leur méthodologie. La méthodologie des familles française repose sur des relevés de prix réalisés sur la base d’une liste spécifique de fournitures scolaires concernant l’entrée en 6e s’expliquant par une baisse des dépenses de 18 centimes d’euros en 2016 comparé à l’année passée.

La méthode de la CSF fait une évaluation des dépenses faites par les familles et fait des notes de prix. Ensuite, elle fixe une enveloppe de dépenses toutes les années du primaire en partant du primaire au collège. Ce qui se traduit par « des listes de fournitures scolaires remplies et chères ». Vous avez en plus de cela, des équipements de sport, des clés USB. Du coup, elle constate une hausse réelle bien supérieure du coût de la rentrée : + 6,93 % en 6e, mais aussi + 5,49 % en 4e ou + 4,28 % au cours moyen.

Les études post-bac très chères

« Une fois les études au lycée terminées, il faudra ensuite poursuivre ses études à l’université, mais celles-ci vont devenir très chères. Grâce aux bourses, il sera possible d’effectuer les dépenses mais elle ne suffira pour couvrir le différentiel entre les ressources et les charges » poursuit la CSF, car à part les frais de scolarité classiques il ya aussi d’ordinateurs, les frais de logement, d’alimentation, de livres, de transport, etc.

Malgré la suppression des droits d’inscription à l’université, de la sécurité sociale, du prix de restauration universitaire, l’augmentation des frais de la rentrée des étudiants reste élevée. Ce constat est confirmé aussi par les plus grands syndicats étudiants qui ont de leur côté dévoilé des chiffres concernant ce domaine.

L’indicateur sur la base duquel, la FAGE a effectué son calcul, évalue le coût que prend en charge chaque étudiant qui n’a pas de bourse quand il arrive à l’université et quand il quitte la maison familiale, augmente de 1,01 % sur un an. Le mois prochaine, l’étudiant devra payer moyennement 2 359,85 euros, d’après la FAGE, à cause de frais typiques à la rentrée établies à 1 233,98 euros et de frais de vie quotidienne dépensés chaque mois à raison de 1 125,87 euros soit une hausse de + 1,55 %.

PrécèdentSuivant
Marine
Marine, étudiante en Master 2 E-Marketing à Lyon. Anciennement présidente du BDE de mon école de commerce, je partage ici mes bons plans pour les étudiants !