Actualités

Le laboratoire Pfizer refuse que ses produits soient utilisés pour les exécutions

En se prononçant ainsi, l’entreprise vient bloquer les États où la peine de la mort est appliquée, car elles ont souvent recours à l’injection létale.

En fait, Pfizer a indiqué qu’elle a interdit, l’utilisation de ses produits pour exécuter des hommes, une décision qui empêche, les États américains d’accéder à l’unique source disponible de produits légaux légales pour des injections létales.

Cette décision a été saluée par ceux qui sont opposés à la peine de mort après avoir appris l’information
de Pfizer, qui emboîte le pas à plusieurs autres entreprises du domaine pharmaceutique.

« Pfizer conçoit des produits pour amender et sauver la vie des malades. Suivant ces valeurs, Pfizer refuse que ses produits soient utilisés dans les injections létales dans le cadre de la peine capitale » a indiqué le groupe dans un communiqué diffusé sur son site.

Des produits dédiés à la médecine

En clair, Pfizer explique que la vente de ses sept produits sera réduite à un groupe de distributeurs et acheteurs qui devront prendre l’engagement à ne pas les vendre aux prisons. Ces établissements qui achètent, doivent avoir la certitude que les produits serviront uniquement à la médecine.

« Il faut dire que c’est révoltant quand vous remarquez qu’un produit développé par une entreprise pharmaceutique soit utilisée pour tuer, alors qu’ils devraient en principe être utilisés pour changer la qualité de vie » expliqué Robert Dunham à l’AFP.

Quant à Maya Foaa, directrice de l’association anti-peine de mort, a salué la décision de Pfizer « .

D’après elle, près de 25 entreprises pharmaceutiques ont adopté des mesures identiques à celles choisies par Pfizer.

Réduction des exécutions, carence de substances

Actuellement, on enregistre moins de d’exécutions depuis plusieurs années aux États-Unis suite à une insuffisance des substances qu’utilisent les administrations carcérales dans les injections létales. Rappelons que l’année passée, 28 prisonniers avaient été exécutés à l’injection létale dans 31 états qui appliquent la peine capitale.

PrécèdentSuivant
Pauline
Pauline, 25 ans, étudiante en Psychologie à l'Université de Lyon 2. J'ai également fait 3 années (perdues) en école de commerce avant de "vraiment" découvrir ma voie, dans laquelle je suis épanouie.