Non classé

L’hôtellerie-restauration, des métiers à la carte

L’hôtellerie-restauration est un secteur il est possible de trouver du travail. On y trouve plusieurs postes et tâches. Une chose est vraie, c’est que dans ce domaine, le plus important c’est l’expérience et l’exigence.

Manager comme un directeur d’hôtel

Vous vous sentez capable d’assurer la fonction d’un chef, tandis que ce poste est pour vous ! Cependant, il faut être vigilant ! C’est à dire faire reluire l’établissement en offrant de la satisfaction aux clients, mais également contrôler et d’accorder l’activité des services. Il faut donc savoir manager et bien gérer pendant toutes vos journées bien pleines ! Directeur d’hôtel est un poste à responsabilité : c’est lui qui décide sur le budget, le recrutement, le marketing, la rénovation…

La discrétion, l’avantage du concierge

Un client demande un rendez-vous chez le coiffeur, une bouteille de champagne, le repassage d’un vêtement, tous les jours ou la nuit ? Sachez que c’est à vous de répondre à ce besoin. Quand on est concierge, il faut savoir se faire discret ou apparaître quand le client vous appelle. Mais toujours avec réactivité et habileté, car ce professionnel exerce surtout dans des hôtels haut de gamme.

En cuisine avec le chef

Soyez donc créatif, vous aurez besoin d’endurance, ajoutez un peu de gestion et ayez le sens de l’observation… ce sont là les qualités d’un chef cuisinier. En tant que chef cuisinier, votre rôle sera de choisir les produits et ingrédients, les préparer, suivre et diriger votre équipe. En clair vous devez vous assurer que tout se déroule bien au cours du travail et après.

Le roi de la négo, le yield manager

Pas vraiment connu depuis quelques années, il connait un franc succès dans le métier de l’hôtellerie de luxe. Il faut aimer les chiffres, savoir parler et avoir le sens du risque, car le tableau des réservations, vous devrez le connaitre par cœur et vous amuserez avec.

PrécèdentSuivant
Pauline
Pauline, 25 ans, étudiante en Psychologie à l'Université de Lyon 2. J'ai également fait 3 années (perdues) en école de commerce avant de "vraiment" découvrir ma voie, dans laquelle je suis épanouie.